Les kiwis

Plantation et soins pour une récolte réussie.

Les 美味猕猴桃 (meiwei mihou tao… Merci Google), ou “kiwi” est sûrement le fruit chinois le plus français. Ces boules succulentes et vitaminées ne cessent de gagner en popularité auprès des amateurs de jardinage et des consommateurs soucieux de leur santé. Le niveau qualitatif a grimpé au point que les kiwis de l'Adour disposent désormais d’une indication géographique protégée IGP et d'un label rouge. Un comble quand on sait que le fruit était pratiquement inconnu il y a 40 ans !

1. Histoire et botanique

Les baies de l’actinidia deliciosa ont parcouru un long chemin avant de devenir les incontournables de nos jardins et de nos assiettes que nous connaissons aujourd’hui. Et oui, les kiwis sont botaniquement des baies (comme les citrouilles ! 😁) La Bretagne, avec son climat tempéré et ses terres fertiles, offre un cadre idyllique pour la culture de ces fruits, pourvu que certaines précautions simples soient prises. Car la plantation et le soin de ces lianes sont des questions de technique. Prenez immédiatement conscience que certaines variétés atteignent 8 à 10 mètres de long et nécessitent un soutien robuste, que d’autres ont besoin d’une taille régulière, et que toutes ont besoin d’une attention particulière à leurs besoins en eau et en nutriments pour développer leurs potentiels.

Le kiwi provient des forêts montagneuses et des vallées fluviales de Chine. Ce n'est qu'à la fin du 19e siècle que les kiwis voyagent au-delà des frontières asiatiques pour charmer les jardins occidentaux où la plante fut longtemps connue sous le nom de "groseille de Chine". Ces lianes fruitières perpétuelles ornaient alors plus de serres de curiosités exotiques bourgeoises que les étalages des primeurs.

Actinidia fut cultivé pour ses fruits dès le début du 20e siècle en Nouvelle-Zélande. L’espèce était alors considérée comme une simple variété de Actinidia chinensis. Elle en tira cependant son nom vernaculaire de "Kiwi". Un hommage à l'aptéryx, l'oiseau emblématique du pays, rond et poilu, appelé par les autochtones "kiwi". La Nouvelle-Zélande fut clairement pionnière dans la transformation du kiwi en culture commerciale bien avant tout le monde.

C’est en 1940 qu’Auguste Chevalier (1873-1956) décrivit pour la première fois notre variété de kiwi de Chine dans la « Revue de botanique appliquée et d’agriculture tropicale » sous un nom spécifique : Actinidia latifolia var. deliciosa Chev . Le basionyme fut ensuite repris pour dénommer officiellement notre kiwi “Actinidia chinensis var. deliciosa (A. Chev.)”

La plante diffère cependant beaucoup de Chinensis, notamment par la forme de ses feuilles...

L’affaire n’est toujours pas totalement tranchée aujourd’hui.

Même si C.F.Liang et A.R.Ferguson ont donné le statut d’espèce légitime à Actinidia deliciosa en 1984 et que de nombreux botanistes et taxonomistes utilisent aujourd’hui cette version, les botanistes de la Flora of China n’acceptent toujours pas ce nouveau statut et s’en tiennent toujours à Actinidia chinensis var. deliciosa. Vous trouverez donc la plante sous ces 2 noms botaniques dans la littérature spécialisée et les magasins.

2. La diversité des kiwis

Le kiwi appartient quoi qu’il en soit à la famille des Actinidiaceae et se démarque par sa liane vigoureuse de plusieurs mètres. Les plants mâles et femelles sont séparés. C’est une particularité cruciale pour la pollinisation et la fructification de vos plantes. Pour qu'un plant femelle produise des fruits, il doit obligatoirement être pollinisé par un plant mâle à proximité. Planifier soigneusement la plantation des sexes est donc crucial pour assurer une bonne récolte.

La diversité des kiwis ne s'arrête pas à l'Actinidia deliciosa. La France a ainsi vu émerger plusieurs variétés adaptées aux climats tempérés. C’est par exemple le cas de l'Actinidia chinensis 'Solo', une variété autofertile très appréciée. Ces innovations botaniques offrent aujourd’hui une large gamme de saveurs, de textures et de tailles.

S’ajoute désormais à la fête des Actinidiae un deuxième membre attirant particulièrement l’attention : le kiwaï (Actinidia arguta). Les deux variétés sont seulement cousines et présentent des différences notables. La compréhension de ces différences peut être cruciale pour choisir la variété qui s'adaptera le mieux à votre jardin et à nos papilles.

Actinidia deliciosa est le kiwi vrai, célèbre pour ses fruits de taille moyenne à grande, sa peau duveteuse et sa chair verte parsemée de petites graines noires. Le kiwi classique requiert un climat doux et une protection contre les gels tardifs qui peuvent endommager les bourgeons et réduire la récolte.

Actinidia arguta, ou kiwaï, est souvent loué pour sa plus grande rusticité et sa taille plus petite. Ces 2 points le rendent souvent plus abordable pour les jardiniers débutants. Le kiwaï produira des fruits de la taille d'une mirabelle, avec une peau lisse, verte ou pourpre. La chair de ses fruits est douce, sucrée, et, tout comme le kiwi classique, riche en fibres et en vitamines C. L’avantage majeur du kiwaï est sa résistance au froid. Il est capable de survivre à des températures allant jusqu'à -25°C. C’est donc un choix idéal pour les régions aux hivers rigoureux ou enneigés.

La distinction ne se limite pas à leur apparence ou à leur résilience climatique. Le mode de culture diffère également. Le kiwaï est plus compact et moins encombrant. Il conviendra mieux à un jardin plus petit. Il peut même être cultivé en pot. C’est donc une excellente alternative pour ceux disposant de moins d'espace.

Le choix entre kiwi et kiwaï est ensuite une affaire de goût. Certains préfèrent la douceur, tandis que d'autres se tournent vers l'acidité rafraîchissante. La décision revient à chacun et à son désir de diversifier ses variétés cultivées.

3. Choisir le bon emplacement et préparer le sol

Tout le succès de la culture des kiwis est là. Qu'il s'agisse du kiwi classique ou du kiwaï, commencer par le choix d’un emplacement judicieux suivi d’une préparation minutieuse du sol. Ces étapes initiales sont cruciales. Elles affectent directement la santé de la plante et finalement la qualité et l'abondance de votre récolte. Suivre ces conseils vous garantira des plants de kiwi avec les meilleures conditions de démarrage possibles :

1. Sélection de l'emplacement :
Les kiwis prospèrent à un emplacement bien ensoleillé, mais à l'abri des vents forts qui pourraient endommager les lianes ou réduire la pollinisation. Une exposition "sud sud-ouest" est idéale dans l'hémisphère nord. Elle maximise l'exposition au soleil tout en protégeant les plants des vents dominants. Les kiwis nécessitent également un support solide, comme une pergola ou un treillis, pour soutenir leur croissance vigoureuse.

2. Préparation du sol :
Les kiwis préfèrent un sol riche, assez frais, et acide (pH entre 5,5 et 6,5). Nous vous conseillons de travailler le sol bien en profondeur et d'y incorporer du compost mûr enrichi en fumier bien décomposé afin d’enrichir au maximum le sol en matières organiques. Cette étape améliorera la structure du sol. Cela favorise l’implantation de la plante et assure une disponibilité optimale des nutriments. Dans les régions où le sol est naturellement lourd ou argileux, l'ajout de sable ou de gravier peut améliorer le drainage.

3. Protection contre les gelées :
Le principe est vrai pour les kiwis, mais aussi les kiwaïs. Même si ce dernier est réputé pour sa résistance au froid, les jeunes plants fraîchement installés peuvent être vulnérables aux gelées tardives du printemps, surtout pour les variétés de kiwi jaune (Minkigold). Le gel endommage dans tous les cas les jeunes pousses et les fleurs. Un emplacement protégé complété par l'utilisation de toiles de protection ou de paillis aider à réduire ce risque.

4. Espacement et disposition :
Prévoyez suffisamment d'espace entre les plants pour permettre une bonne circulation d'air et un accès aisé pour la taille et la récolte. Un espacement d'environ 3 à 5 mètres entre les plants est recommandé. N'oubliez pas de planter à minima 1 mâle pour 4 femelles afin d’assurer la pollinisation. Un ratio mâle/femelle de 1 pour 3 est considéré comme idéal. Cette préparation soignée de l'emplacement et du sol avant la plantation est un investissement. Les actinidias sont parfois jugés assez capricieux. Investir dans la vigueur des plants est le meilleur moyen d’obtenir des fruits de qualité et une récolte abondante. Elle est la fondation sur laquelle repose tout le succès de votre verger.

4. Plantation des kiwis.

La plantation est une étape nécessitant attention et précision. Il faudra choisir le bon moment. La plantation des kiwis s'effectue idéalement au printemps, après les dernières gelées. Il est également possible de les planter en automne. Cela laisse aux plantes le temps de s'acclimater avant les extrêmes saisonniers dans les 2 cas. Cette période sera à affiner suivant votre région et vos conditions climatiques locales.

Veillez à les hydrater abondamment avant la plantation et il est conseillé de faire tremper dans l'eau plusieurs heures avant plantation pour laisser aux racines le temps de se réhydrater.

1 - creusez un trou deux fois plus large que la motte du plant et légèrement plus profond.

  1. Placez le plant dans le trou de sorte que le collet (la base du tronc) soit au niveau du sol environnant.
  2. Remplissez le trou avec la terre amendée, tassez légèrement autour du plant
  3. arrosez abondamment pour éliminer les poches d'air et assurez un bon contact entre les racines et le sol.
  4. Appliquez un paillis autour de la base du plant pour conserver l'humidité, réduire les mauvaises herbes et protéger les racines le temps de l’enracinement.

Étant donné que les kiwis sont des lianes, ils nécessitent un support dès la plantation. Installez donc un treillis, une pergola, ou tout autre support robuste à proximité immédiate du plant pour guider sa croissance et faciliter la future récolte.

Les kiwis apprécient un sol constamment humide, mais pas détrempé. Il faudra donc surveiller attentivement l'humidité du sol et arroser régulièrement durant les premières semaines après la plantation si le temps est trop sec. L’apport régulier en eau est indispensable au développement des jeunes plants.

5. Entretien des plants de kiwis

Une fois la plantation de vos kiwis réussie, l'étape suivante sera l'entretien régulier. Ce dernier garantit une croissance saine, et par voie de conséquence, une récolte abondante.

Les soins à apporter aux kiwis sont classiques : arrosage, fertilisation, taille et surtout arrosage!

Nous le répétons : les kiwis nécessitent un sol constamment humide, surtout pendant les saisons chaudes et sèches. Un arrosage profond et régulier aide à promouvoir une croissance saine de la racine. Il est crucial d'éviter l'excès d'eau qui entraînerait une pourriture racinaire. Durant les périodes de sécheresse, augmentez donc la fréquence d'arrosage pour maintenir l'hydratation des plants, mais aucunement les quantités brutes.

Les kiwis sont gourmands en nutriments, et tout particulièrement en azote. Appliquez un engrais équilibré au début du printemps pour stimuler la croissance des nouvelles pousses et des fleurs. Une fertilisation supplémentaire progressive et riche en azote, comme la corne broyée peut être bénéfique, surtout si vous remarquez des taches jaunes, souvent des signes de carence nutritionnelle. Utilisez de préférence des engrais organiques pour enrichir le sol et soutenir la santé globale des plants. Attention tout de même à ne pas mettre une trop grande dose, cela provoquerait une pousse importante de la plante au détriment de la fructification.

La taille est essentielle pour contrôler la croissance des kiwis, encourager la production de fruits, et faciliter l'aération et l'exposition au soleil. Taillez les plants de kiwi en hiver, pendant leur période de dormance. Enlevez les bois morts ou malades et ouvrez la structure de la plante pour que l’intérieur prenne la lumière. Une taille de maintenance peut être effectuée pendant l'été pour éliminer les pousses excessives ou mal placées, favorisant ainsi une meilleure répartition des ressources vers les fruits.

Les kiwis peuvent être affectés par diverses maladies fongiques et parasitaires.

botrytis
Le botrytis ou b. cinerea, est aussi connu sous le nom de pourriture grise. Ce champignon peut aussi bien affecter les fleurs, les feuilles et les fruits du kiwi. Il provoque en général des taches brunes, suivies d’un feutrage gris et d’un pourrissement. Les fruits atteints sont impropres à la consommation. L’excès d’humidité durant les températures douces favorise l’apparition de ce champignon. C’est généralement au printemps et à l’automne qu’il se développe. Il n’existe pas de traitement contre le Botrytis. Éliminer les parties infectées de la plante est la seule solution pour le détruire. Pensez à désinfecter votre matériel de taille et d’entreposage, faute de quoi vous disséminerez l’infestation. Une bonne circulation de l’air et une réduction de l’humidité ambiante aident à prévenir l’infection. Traitez préventivement avec du purin d’ortie ou une décoction de prêle. Une autre maladie courante du kiwi est la bactériose du kiwi, causée par la bactérie Pseudomonas syringae pv. actinidiae. Elle est cependant rarement observée au jardin. Les symptômes sont des lésions sur les feuilles entourées d’un halo jaune et l’apparition de chancres sur le tronc et les branches. Il n’existe pas de traitement curatif pour cette maladie. Préventivement, la bouillie bordelaise est efficace, mais dangereuse pour le sol. L’humidité est encore une fois le principal facteur de propagation. Faites des tailles propres et nettes. Désinfectez vos outils et ne mouillez pas le feuillage. Arrosez au pied de la plante.

La chlorose
La chlorose n’est pas vraiment une maladie, mais se manifeste par une décoloration des feuilles, qui deviennent jaunes. Elle est due à un sol trop calcaire pour une plante qui apprécie les sols acides. C’est le cas du kiwi. Le calcaire inhibe l’absorption des nutriments, entraînant une carence en fer, en magnésium ou en manganèse (la décoloration des feuilles ne sera pas la même). Un engrais riche en fer peut être appliqué pour corriger la carence en fer, mais il est indispensable de maintenir un pH du sol adéquat inférieur à 7.

Les araignées rouges
Ce sont de petits parasites que tous les jardiniers connaissent. Ils se nourrissent de la sève des plantes et provoquent le jaunissement des feuilles. Il est difficile de les observer, mais l’on repère facilement les soies, très visibles dans la rosée du matin. Les feuilles se couvrent de taches et se dessèchent. Les araignées rouges prolifèrent en conditions chaudes et sèches. Elles se développent plus facilement sur les plantes en intérieur. Un bon jet d’eau suffit à les éliminer. L’introduction d’acariens prédateurs est souvent utilisée dans les grandes exploitations.

6. Récolte et conservation des kiwis

La récolte sera la récompense de votre saison de soins attentifs et de travail assidu.

Les kiwis sont généralement prêts à être récoltés en fin d'automne, avant les premières gelées. Un indicateur de maturité est la couleur et la fermeté du fruit ; les kiwis doivent être légèrement mous au toucher. L’autre signe est le goût. Sacrifier un fruit est le meilleur moyen de tester sa maturité. Les kiwis ne mûrissent pas tous en même temps. Plusieurs passages peuvent être nécessaires pour récolter tous les fruits à leur pic de maturité. Séparer le fruit en laissant un court pédoncule pour ne pas l’endommager et augmenter sa durée de conservation. Évitez de tirer sur les fruits. Cela laisserait la plante ou arracherait le haut du fruit.

Les kiwis se conservent bien et continuent de mûrir à température ambiante. Placez-les à côté de fruits produisant de l'éthylène(pommes, bananes) pour accélérer ce processus. Les kiwis peuvent être stockés dans un endroit frais et sec pour une conservation à long terme, où ils se conserveront plusieurs semaines. Bac à légumes du réfrigérateur et sac en plastique perforé ralentissent le mûrissement.

Pour une conservation encore plus longue, envisagez de congeler les kiwis pelés et coupés en tranches. En suivant ces conseils, vous maximisez ainsi la durée de vie de votre récolte et profitez pleinement de la saveur unique et de la richesse nutritive que les kiwis ont à offrir une bonne partie de l’année.

Vous l’aurez compris, le kiwi n’est pas la plante la plus facile à cultiver en Bretagne, mais c’est une aventure de jardinage enrichissante qui allie passion, patience, et la satisfaction de récolter ses fruits.

La culture des kiwis vous enseignera l'importance de la préparation minutieuse et de l'attention continue. Elle vous rappellera aussi que les récompenses les plus douces nécessitent souvent un travail et un dévouement conséquents.

La réussite d'une récolte ne se mesure pas seulement au poids ou à la taille des fruits, elle est aussi la joie de l'apprentissage qu'apporte un nouveau processus de culture. Navré, mais c’est ainsi : les meilleures choses de la vie exigent patience, soin, et une touche de vertu jardinière !

En espérant que ce guide vous aura inspiré à embrasser l'aventure de la culture des kiwis, pour votre jardin, votre table, et votre vie jardinière. Bon jardinage et bonne récolte à tous !